Le Parthénon

mercredi 3 novembre 2010
Partager cet article

C'est dans l'antiquité que l'acropole d'Athènes, capitale de la Grèce, connut son âge d'or lors de la construction du site archéologique, le Parthénon. Entamée vers 447 avant J.C sous la houlette du célèbre sculpteur-décorateur Phidias, Parthénon était une œuvre d'art destinée à l'adoration d'Athéna ou Athénée, déesse grecque de la guerre et de la sagesse qui veillait sur la citadelle et pour conserver les trésors de la ligue Délos. Raison pour laquelle, l'élévation du site archéologique commandité par Périclès verra la participation de plusieurs autres maîtres d'œuvre. On estime que près de 2000 talents y ont contribué. C'est l'équivalent de navires de guerre bien équipés. La réalisation, entrecoupé par des guerres gréco-perses, s'étalera sur près de onze années. Le Parthénon est construit en marbre avec une toiture en tuile, des têtes de lions faisant office de gargouilles et mesurera 69,5 mètres de long sur 30,88 mètres de large. On comptait au nombre de 46 les colonnes qui le soutenaient et de 92 ses métopes. Ce sont des panneaux de forme rectangulaire avec des reliefs en guise de décoration. Mais la beauté de Parthénon, « temple de la Vierge », où était gardée la statue chryséléphantine d'Athéna,  attira la convoitise des pilleurs. Le plus beau site archéologique d'Athènessubit les foudres des bombes de Venise en 1687  sans parler de celle des invasions.

En 1801, Lord Elgin, ambassadeur mandaté par les britanniques pour des fouilles archéologiques, subtilisa de nombreuses œuvres (des métopes et des dalles) en peu de temps. Certaines sculptures furent abimées par les pratiques peu orthodoxes de ce Lord au profit du British Muséum en complicité avec les turcs qui gouvernaient alors cette partie de l'Orient. Ce ne fut qu'avec la venue d'un autre consul anglais à Constantinople qu'en 1803 que le Parthénon fut à l'abri. Mais son minaret réalisé par les Turcs  et d'autres édifices du site n'échapperont pas à la destruction causée par les Perses en 1832. De nos jours, seules subsistent la charpente ainsi que les fresques du Parthénon d'Athènes. Toutefois, une grande campagne de restauration du site archéologique sera entreprise de 1893 à 1933 par l'architecte Balanos suite à un séisme.

acropole, athènes, Parthénon, site archéologie

A lire dans la même catégorie