L'histoire d'Hachiko : le chien fidèle

mardi 12 juillet 2011
Partager cet article

Dans le jeune et branché quartier de Tokyo où rivalisent magasins de mode et de design, précisément dans la gare de Shibuya, se trouve une œuvre légendaire et remarquable. Il s'agit de la statue de Hachiko ou encore la sortie pour Hachiko Hachiko. Hachiko est le nom du chien le plus célèbre au Japon, une légende japonaise. Ce qui est étonnant, c'est que c'est une histoire vraie qui a ému plus d'un au Japon et dans le monde.

Qui est Hachiko ?

De race Akita ken ou Akita inu, Hachiko a vu le jour au nord du département d'Akita le 10  novembre 1923, précisément dans la ville d'Odate. En japonais, « ken » et « inu » veut dire « chien » et « akita » est le nom d'une province japonaise se trouvant sur l'île d'Honshu. La traduction littérale est « chien de la région d'Akita ». Ce chien a bénéficié d'une consécration mythique au Japon grâce à sa légendaire fidélité vouée à son maître. Ayant l'habitude d'attendre son maître à la gare de Shibuya à la descente,

Hachiko continua de le faire environ dix années après la mort de ce dernier. Mort le 8 mars 1935, les habitants de Tokyo ont érigé une statue en sa mémoire devant l'entrée de la gare de Shibuya à l'emplacement exact où il avait l'habitude d'attendre son maître. Aujourd'hui, cet endroit constitue le lieu de rencontre de nombreux visiteurs et d'admirateurs. Alors que l'intérêt accordé à la race de chiens Akita était désuet, l'histoire de Hachiko, surnommé Chuken ou chien fidèle, redonne de l'intérêt à cette dernière presqu'oubliée. Alors c'est en 1924 que l'adoption mutuelle entre Hachiko et son maître a eu lieu. En effet, le professeur de l'université impériale au département d'agriculture, Hidesabur? Ueno adopte Hachiko quand il n'était qu'un chiot de 2 mois abandonné. C'est le professeur qui lui a donné le nom de Hachiko. L'appellation initiale était Hachi et que c'est par la suite qu'il lui ajouta le suffixe k? pour être plus affectueux. Ainsi, tous les jours, le professeur est accompagné  par Hachiko jusqu'à la gare de Shibuya pour se rendre au travail. C'est à la gare également que Hachiko attendait le retour de son maître, tous les soirs. Cela se passa comme ça jusqu'après même la mort du professeur Ueno car le chien venait chaque soir attendre son maître qui ne descendait jamais du train. Cette attitude marqua profondément les personnes vivant autour du chien, ce qui lui a valu le surnom de « chien fidèle ».

Comment Hachiko est-il rendu célèbre ?

Etonnés par l'attitude du chien qui se pointe toujours à la même heure correspondant à l'arrivée de son maître, les riverains croyaient que Hachiko errait sans raison ou recherchait quelque chose à se mettre sous les crocs. D'autres pensaient que le chien venait à cause de la nourriture que le quartier lui offrait. Cependant, une remarque avérée a été faite : Hachiko ne venait à la gare qu'en fin de journée, c'est-à-dire l'heure à laquelle le train arrivait à la gare, espérant ainsi accueillir son maître. C'est ainsi que le chien a été découvert et suivi par un ancien élève du professeur Ueno jusqu'à la demeure des Kobayashi. Etant un expert des Akita ken ou Akita Inu, ses recherches aboutirent au recensement de 30 Akita ken de pure race existant sur l'ensemble du territoire incluant Hachiko. Impressionné par la remarquable vraie  histoire du chien qu'il continua à fréquenter durant des années, l'ancien élève d'Ueno produit plusieurs articles relatant la fidélité de Hachiko à son maître. Le chien est propulsé alors dans les projecteurs lorsque l'un des plus importants journaux de Tokya accepta de publier  en 1932 un article du jeune expert des Akita Inu retraçant la vraie histoire d'Hachiko. Ce fut un sentiment général national partagé par tout Tokyo à l'endroit de Hachiko après la parution de cet article. L'ensemble de la population japonaise est impressionnée par la légendaire fidélité de ce chien à son maître. Cette attitude est perçue comme un esprit de fidélité familiale que chaque tokyoïte devrait pouvoir adopter. Pour les enfants, le veilleur d'Hachiko était devenu un exemple à suivre.

Les différents hommages rendus à Hachiko

Le premier hommage rendu à Hachiko fut une statue qui a été même inaugurée en sa présence. En bas de la statue, il y a la plaque d'identification et on peut lire : « Hachiko ken Chuu » ou « Loyal Dog, Hachiko ». Sur le terrain autour de la place où se dresse la statue, il y a énormément de dessins de fleurs de cerisier (sakura).  Malheureusement, cette statue de bronze, érigée en 1935 par Teru Ando, fut fondue pour contribuer à l'effort de guerre de l'armée impériale pendant la seconde guerre mondiale. Cependant, une réplique de la statue a été façonnée par Takeshi Ando en 1948. Il est le fils de Teru Ando qui était mort à la guerre de 1939-1945. D'ailleurs c'est cette réplique qui se trouve actuellement devant la gare de Shibuya à l'endroit exact où le chien attendait le professeur Ueno. Dans le département d'Akita, ville natale de Hachiko, précisément dans la préfecture d'Akita, devant la gare d'Odate, une réplique moins connue est érigée en hommage au chien fidèle. Pour ce qui est des Akita ken, la ville d'Odate regorge de représentations et d'illustrations. En dehors de nombreuses statues, il y a un musée d'Akita ken, également, on retrouve de nombreuses stèles mortuaires à l'effigie d'Hachiko dans cette ville d'Odate. A la même année, le 08 mars 1935, précisément 10 ans après la mort de son maître, Hachiko meurt dans une allée aux alentours du pont Inari de la rivière de Shibuya d'une filariose. Hachiko est exposé au musée de Tokyo après que ses restes aient été empaillés et conservés dans le même musée. Devenant ainsi un symbole national, tous les prétextes sont bons pour utiliser l'image d'Hachiko. Considéré comme la star de Shibuya-ku, les bus de la communauté sont ornés à l'effigie du chien en dessins du style kawaii qui signifie en japonais mignon. En honneur du chien symbole de la loyauté et de la fidélité, la «Chûken Hachiko matsuri », une fête est célébrée le 7 mars de chaque année. Par ailleurs, même un film a été sorti récemment en France retraçant l'histoire d'Hachiko. Sorti plus exactement le 9 juin 2010 en France, le film « Hatchi » est un remake d'un film japonais de 1987. Un film qui a suscité d'ailleurs quelques critiques sévères du fait que le chiot qui avait incarné le rôle de Hachiko soit un Shiba Inu. Le rôle du professeur Ueno était joué par Richard Gere, un acteur américain bouddhiste.

Les versions controversées de la vraie histoire d'Hachiko

L'histoire de Hachiko est relatée par Seijiro Koyam dans une version intitulée « Hachiko Monogatari ». Version considérée par certains comme étant celle qui est la plus proche de la vraie histoire d'Hachiko. Pour trancher le débat concernant l'éventuel abandon d'Hachiko après la mort de son maître, d'autres témoignages révèlent que ce sont les jardiniers des Ueno, les  Kobayashi qui prirent en charge ce dernier. Bien qu'étant dans de bonnes conditions avec les Kobayashi, le chien partait quand même chaque soir attendre son maître à la gare, chose facilitée par la proximité de la maison à cette dernière. Cette version était très différente de celle adaptée dans le film qui met en scène un chien errant, abandonné dont personne ne voulait. Grâce à l'adoption d'une fille et de deux chiens par la famille Ueno, Hachiko a quand même eu un fils, il s'agit de Kumakô. Néanmoins, restée à Tokyo, madame Ueno, maîtresse de cérémonie de thé, bien qu'adorant Hachiko ne pouvait pas trop s'en occuper.

Les principaux caractères de la race Akita ken ou akita inu

Le chien de race Akita inu ou akita ken montre une fausse image de lui car il a un caractère étonnant pour son physique de nounours. D'éducation délicate, ce chien ne supporte en aucun cas les autres chiens de même sexe que lui car il est indépendant et dominant de nature. Si vous décidez de l'adopter,  il faudra faire attention à son écart de violence face à une personne désarmée et non avertie, il peut être violent à cause de son fort caractère et de sa fermeté résolue. Bien  qu'il soit patient, il a ses limites et évitez de le confier aux enfants qui risquent de l'irriter car ils sont souvent taquins et vifs. Pour un chien qui était à la base dressé pour la chasse aux ours, imaginez les dangers d'une morsure chez un enfant. Côté santé, deux principales maladies touchent les chiens Akita : le VKH (mortelle) et l'AS (pas mortelle). La dernière citée transforme le chien en une plaie puante et dépoilée nécessitant un traitement très contraignant. Une autre difficulté que rencontre le propriétaire d'un chien Akita, c'est la chute des poils qui se fait au moins 2 fois par an et ceci en grande quantité. Alors avant de s'engager avec un chien de race Akita ken ou akita inu, renseignez vous plus amplement car avec son espérance de vie qui dépasse une dizaine d'année, il faudra être préparé en conséquence pour faire face aux difficiles réalités de ce chien japonais.

Le point rouge, c'est la préfecture d'Atika, la ville d'Odate où Hachiko est né. Le point bleu symbolise l'un des 23 arrondissements formant Tokyo, au Japon et c'est Shibuya.

film Hatchi, gare de Shibuya, hachiko, histoire vraie, légende japonnaise, Richard Gere

A lire dans la même catégorie