Villes

Le petit village de Sidi Kaouki

mardi 20 décembre 2011
Essaouira petit havre paradisiaque situé sur la côte atlantique recèle bien des trésors. On connaît généralement d'Essaouira « la blanche » l'animation de son port, ses souks, ses ébénistes, ou encore son ambiance paisible. On connait cependant moins bien d'elle le petit village berbère de Sidi Kaouki.

Visite de Agadir

lundi 19 décembre 2011

 Ville de près de 600 000 habitants, Agadir se situe au Sud-ouest du Maroc. Son histoire débute au  XVIe siècle avec l'arrivée des portugais. Du fait de sa position géostratégique, les portugais y construisirent un comptoir commercial ainsi qu'un port, devenant ainsi une des plaques tournantes de leur commerce. Son histoire est jalonnée de faits marquants, notamment le tremblement de terre de 1960 ayant ainsi détruit la quasi-totalité de la ville.

La ville de Tetouan

lundi 21 novembre 2011
Tétouan est une ville du Maroc qui respire une alliance de plusieurs cultures notamment celle hispano-mauresque tout en conservant ses coutumes. La médina de Tétouan et ses rues entrelacées comme des fils, est composé de plusieurs quartiers avec des caractéristiques différentes. Ainsi, son quartier juif (Mellah) fut prénommé la petite Jérusalem et est également l'un des foyers les plus tumultueux au coucher du soleil, puisque ses marchés bruyants appelés « souks », accueillent plusieurs types de vendeurs, de travailleurs.

A la découverte d'Essaouira

lundi 26 septembre 2011
Saviez-vous qu'il y a 50 ans les rockers célèbres comme Jimmy Hendricks et Cat Steven s'étaient établis à Essaouira ?  Oui, oui, c'est pourquoi il vous semblait que vous connaissiez déjà bien le nom de cette ville portuaire. Son histoire est aussi belle que  la ville.

La petite ville de Khénifra

mardi 16 août 2011
Installée sur les deux rives de l'Oum er Rbia, la petite ville du Moyen Atlas garde son vieil aspect de ville militaire. Il s'agit d'un pur relais stratégique qui auparavant ne constituait qu'un modeste enclos au bord de l'Oum er Rbia. La tribu des Zaïane avait quelques uns de ses membres qui trouvaient abri pendant l'hiver dans cette région de Khénifra. La restauration de la kasba voisine d'Adekhsane et la construction du pont sur l'oued sont ordonnées par le Moulay Ismail à la fin du XVIIème siècle. Ces deux réalisations permirent une considération plus importante de la bourgade.
Au nom du pouvoir central, après être nommé caïd par Moulay el Hassan, Moha ou Hammou ez Zaïani se rend maître de la région vers la fin du XIXème siècle. Il en fait un foyer d'indépendance et fait de Khénifra un marché très fréquenté à cause des fondouks, des bains, de la mosquée, etc. En s'affranchissant de la tutelle impériale, le Moha, par attaques et razzias gagne du terrain pénétrant jusqu'à Meknès, adhère ainsi à la guerre sainte contre les français et au mouvement berbère. Les français, avec 563 morts, subissent de grosses pertes avec leur entrée dans la ville. Mais, les troupes françaises reprirent le dessus en établissant une autorité réelle en 1921 après la mort du Moha tué par ces derniers.