Visite du centre antique de Rome

mercredi 24 août 2011
Partager cet article

Le CapitoleLe Capitole

Le coliséeLe colisée

Forums ImpériauxForums Impériaux

Le Cirque MaximeLe Cirque Maxime

Le mont PalatinLe mont Palatin

Les marchés de TrajanLes marchés de Trajan

La muraille d'AurélienLa muraille d'Aurélien

Thermes de CaracallaThermes de Caracalla

Le centre antique de la ville de Rome est constitué principalement de la colline du Capitole. Probablement bâti par les étrusques en le fortifiant, cette place, aux débuts de la ville de Rome, symbolisait le cœur du pouvoir de cette cité. Plusieurs temples de l'Antiquité  dont celui de Jupiter ayant disparu de nos jours, avaient leurs édifices bâtis dans cette partie de Rome. Le reste du centre antique de Rome est constitué par le cirque Maxime au sud, la colline du Palatin qui est le lieu de fondation de Rome par Romulus selon la légende, les marchés de Trajan au nord en bas de la colline de L'Esquilin et les plus vastes thermes de Caracalla de l'antiquité près de la muraille d'Aurélien au sud-est.

Le Capitole

Avec une largeur de 180 m et une longueur de 460 m, se situant entre le Champ de Mars et le Forum Romanum, le Capitole est connu pour être la plus petite des sept collines de Rome. Accessible à la vallée du Forum Romanum au sud, la colline était par contre entourée de tous les côtés de falaises raides. Naturellement la forteresse de Rome toute entière a été le Capitole grâce à sa position stratégique. Il se situe à un point clé, au cœur des voies de communications fluviales et terrestres. De ce fait le contrôle de la traversée et de la montée du fleuve est facilité par cette position partagée entre une grande partie de la vallée du Forum Velia et du fleuve Tibre. Quant au cœur social et politique de la vie antique de Rome, il se localisait entre les forums impériaux qui s'étendent entre le Capitole et le Colisée.

Le Colisée

Situé dans le centre ville de Rome, faisant office d'abord d'amphithéâtre Flavien, le Colisée est en réalité un amphithéâtre elliptique. Sa particularité est d'être le plus grand de son époque et il est délimité par Cælius et l'Esquilin. Il se distingue également pour être l'un des plus grands édifices de l'ingénierie et de l'architecture de l'Empire romain. C'est sous l'empereur Vespasien, entre 70 et 72 que la construction du Colisée a démarré à l'est du Forum romain pour s'achever sous Titus en 80. L'édifice du Colisée a subi quelques modifications au cours du règne de Domitien entre 81 et 96. C'est le nom de famille «gens Flavia » des deux empereurs en l'occurrence Titus et Vespasien dont dérive le nom de l'amphithéâtre. Le Colisée avec une capacité de 50 000 à 75 000 places, a été une scène où se sont succédées d'innombrables activités de spectacles publics. Ces derniers étaient en général des combats de gladiateurs ou de la chasse d'animaux sauvages. Pendant près de 500 ans, il est resté en service et c'est au VIème siècle que se prolongeront ses derniers jeux. Egalement des simulacres de batailles navales ou naumachies, des drames basés sur la mythologie romaine, des exécutions publiques, des reconstitutions de célèbres batailles, sont entre autres spectacles à l'honneur du Colisée outre ceux traditionnels. Le Moyen Âge marquera le temps au cours duquel le bâtiment cessera toute activité. Le Colisée perd peu à peu son rôle originel et devient plus tard sanctuaire chrétien, forteresse, carrière, ateliers d'artisans, habitations et siège d'un ordre religieux.

Les forums impériaux

Il s'agit là d'un enchainement de bâtiments construits entre - 46 et 113 et se trouve également dans le centre de Rome antique. Cependant, le Forum Romanum qui signifie vielle place républicaine doit être exclu des forums impériaux de Rome. Par ailleurs, la première édification de ce dernier date du VIème siècle avant J-C., précisément à l'époque de la monarchie romaine. Il a constitué pendant longtemps le centre économique, politique et religieux de la cité de Rome. Le Forum Romanum n'a jamais été homogène malgré la restauration d'anciens édifices et la construction de nouveaux le rendant plus majestueux. Il a fallu attendre la restauration de l'Emilienne et la construction de la Basilique Julienne délimitant ses grands côtés pour voir une certaine régularité de ce dernier.

Le cirque Maxime

C'est entre l'Aventin et le Palatin dans la vallée de la Murcia que se situe l'immense édifice public de Rome du nom de Circus Maximus ou Grand Cirque. Il est considéré comme le plus ancien et le plus vaste hippodrome de Rome du fait des courses de chars qui y étaient organisées. Les premières estimations pour la capacité du Circus Maximus selon Pline donnent comme chiffre 250 000 spectateurs. S'ensuivent celles des catalogues des Romains qui révèlent celui de 385 000 spectateurs surtout avec les nouvelles dimensions du Grand Cirque au IVème siècle. Ce qui amène à conclure qu'il était l'édifice de spectacle sportif le plus immense de son époque. Cependant, Circus Maximus connut beaucoup de séries d'incendies notamment celui sous le règne de l'empereur Néron en 64, amenant à des reconstructions fréquentes.

Le mont Palatin

Il est aussi appelé en latin « Mons Palatinum » et en italien « Monte Palatino » et complète la liste des sept collines de Rome. Deux sommets culminent sur les 2 km de circonférence et les 70 m d'altitude du mont Palatin en forme de quadrilatère irrégulier. Il s'agit notamment de celui qui se situe à l'est du nom de Palatual et de celui à l'ouest appelé Germal ou Germalus. Retenez également que le mont Palatin avait une assise primordiale dans l'ancienne Rome. Il est à cheval entre le Circus Maximus au sud et le Forum Romanum au nord. Il fut l'endroit où étaient construites de gigantesques demeures sous l'Empire en guise d'habitation pour les empereurs. Ces constructions finirent par donner le nom de « palais » et de nos jours, une partie du mont Palatin laisse apparaître leurs ruines.

Les marchés de Trajan

L'origine de ces marchés est très originale car elle est la preuve de la compétence très ancienne en politiques d'aménagements d'espaces publics des romains. En effet, l'espace qui accueille les marchés de Trajan a été obtenu pendant la construction du forum de Trajan. C'est en taillant profondément la colline qu'un immense terrain s'est libéré entre les collines du Quirinal et du Capitole. C'est à plus de 60 millions de mètres de cubes que le volume de pierres et de terre a été estimé pour une nouvelle surface en gain d'environ300m sur 200m. Ainsi, pour éviter l'éboulement de cette masse de terre,  la construction de bâtiments en hémicycles fut entreprise par l'architecte Apollodore de Damas. Les masses de terre furent retenues et une majestueuse structure en gradins et en hémicycle émerge de terre. Cette réalisation, non seulement suppléa  aux exigences statiques mais débouche sur une solution esthétique pour l'ensemble du site. Ces édifices deviennent ainsi les marchés de Trajan. La construction des marchés de Trajan joue un double rôle en ce sens qu'en premier lieu ils créent un bloc administratif solide et en second ils protègent le Forum de Trajan en bas de la colline en servant de support à cette dernière.

La colline de l'Esquilin

Alors qu'originellement, l'Esquilin faisait partie du Mur de Servius Tullius, sous Auguste, la cinquième région «Esquiliae » ne comportant aucune partie de l'Esquilin original, avait comme nom la colline. Dans la troisième région se trouvait le mont Oppius et dans la quatrième le mont Cispius. Cette zone de la colline de l'Esquilin avait une mauvaise réputation parce qu'ayant servi de cimetière pour les pauvres avant l'Empire. Il faudra attendre que Mécène y construise une superbe villa avec jardins et la fin de l'Empire pour que la colline soit passablement remplie de domaines de riches citoyens et d'innombrables jardins.

La muraille d'Aurélien

Il s'agit de la ceinture protectrice de Rome et fait partie des mesures défensives d'Aurélien prises dans sa réorganisation militaire du Danube. C'était pour se protéger de nouvelles attaques de Rome suite à l'incursion des barbares en Italie sous Galien ainsi que sous Claude le Gothique voire sous le début du règne d'Aurélien qu'a vu le jour ce gigantesque mur. Construite sous la royauté ou en début de République, la muraille ne suffisait plus à protéger Rome qui continuait son expansion à travers ses nombreuses conquêtes élargissant ainsi son territoire. C'est à partir de là qu'une nouvelle enceinte de fortification de la ville est construite sous les ordres d'Aurélien. L'immense mur en brique, à certains endroits, pouvait atteindre 10 m de hauteur et pouvait s'étendre sur 19 km en s'appuyant à l'est du Tibre sur les collines et sur le cours du Tibre également. Les principaux ponts sur le Tibre et le quartier du Trastevere ou Transtiberim enlatin, sont protégés par un bastion avancé du mont Janicule. Par contre, sans défense restait le mont Vatican alors que le tracé de la muraille avait pris en compte beaucoup de monuments existants tels que le petit amphithéâtre, la caserne de lagarde prétorienne, des tombeaux dont la pyramide de Cestius, les substructions des jardins en terrasses sur le Pincio et les arches des aqueducs sur l'Esquilin.

Les thermes de Caracalla

Même s'ils seront dépassés après, les thermes de Caracalla ou Thermae Antoninianae, inaugurés à Rome sous l'empereurCaracalla, étaient les plus luxueux de tous les bains publics froids et chauds de la Rome Antique. Plusieurs activités étaient menées en dehors des équipements liés directement aux bains, ce qui explique en partie l'immensité des lieux. En effet, les 64 citernes avec chacune 80 000 litres, une place pour 1600 baigneurs, le tout sur une superficie de 10 hectares, étaient les principales caractéristiques des Thermes de Caracalla. Il s'agissait entre autres services des exercices de gymnastique, de nage, de bains publics ou privés, de massage, etc. De tous les bâtiments thermaux de l'époque impériale romaine, ces derniers sont aujourd'hui les mieux conservés. Leur aspect colossal frappe encore les visiteurs de ces ruines.

Grosso modo, c'était les principaux édifices qui composaient le centre antique de Rome.

capitole, centre antique rome, colisée

A lire dans la même catégorie