Le parc amazonien de Guyane : histoire et organisation

jeudi 21 octobre 2010
Partager cet article

Il est des défis environnementaux que certains chefs d'Etat ont toujours eu à cœur de relever. Le 4 Juin 1992, le Président de la France à l'époque, François Mitterrand, proposa la création du parc national de Guyane au sommet mondial de Rio. Ce parc fait l'objet d'un grand intérêt autant par son historique, sa situation géographique que les objectifs et  enjeux qui en découlent. Impatiemment attendu aussi bien au niveau national qu'international, il aura fallu 15 ans pour voir la concrétisation du projet de parc national de Guyane. La multiplicité des projets de lois entre 1992 et  2008 explique ce retard . La mise en place du parc amazonien de Guyane ne pourra être effective qu'en février 2008. La Guyane est un département d'Outre Mer de la France qui accueillera le plus  grand parc naturel au monde. En effet, joint au Parc national des Tumucumaque situé au Brésil (38 800 km²), à la station écologique de Grão-Pará (4,3 millions d'ha) et  à celle de Maicuru (1,2 millions d'ha), ce parc fait plus de 12 millions d'hectares. Auparavant, la protection d'une portion de la forêt de l'Amazonie objectif majeur ayant prévalu lors de la création de  ce parc ne pouvait être atteint compte tenu de l'espace trop réduit de la Guyane qui n'avaient que 5 réserves naturelles. Il n'intègre cependant pas les zones telles que Wayanas , Maripasoula, et Tekos malgré le souhait émis par certains Amérindiens. Pour des raisons sociales et écologiques, la recherche de l'or y est interdite.  Bien que cette interdiction se trouve renforcée par l'existence d'une Charte qui  prohibe la soustraction de l'or dans la zone du parc guyanais plus de mille travailleurs opérant dans l'anonymat se soustraient à cette loi. Les enjeux de ce parc naturel sont multiples. Il s'agit d'assurer la survie de l'espèce animale (108 espèces d'amphibiens, 158 de reptiles, 718 d'oiseaux, 183 de mammifères) et principalement celle du jaguar ou de l'aigle harpie menacés de disparition, de sauvegarder la richesse des forêts et de stabiliser l'équilibre naturel de l'écosystème dans la zone amazonienne. Le monde a besoin de tout ce potentiel dont la fragilisation entrainerait immanquablement des répercussions naturelles désastreuses. C'est également un énorme réservoir d'eau qui accueille deux grands fleuves que sont l'Oyapock et le Maroni. En outre, grâce à la densité de sa forêt, le mercure, nocif pour  la santé, contenu dans le sol ne se propage pas dans les autres cours d'eau. Outre le souci d'une conservation des ressources naturelles, les populations de 6 500 habitants  aux ethnies multiples et variées veulent sentir l'impact de la création du parc dans leur vie courante sans pour autant que cela n'affecte leur mode de vie. Allier en effet vie système traditionnel de quête de nourriture et  ouvrir la voie vers des conditions de vie et de santé meilleure figure ainsi au programme ambitieux du parc amazonien.
Parc national, parc, france, guyane, parc amazonien